La Métropole lance une vaste opération pour aménager les berges de l’Huveaune et réduire le risque d’inondation

Imprimer
Début septembre, la Métropole Aix-Marseille-Provence a lancé, via l’Établissement public d'aménagement et de gestion des eaux Huveaune-Côtiers-Aygalades (EPAGE HuCA) à qui elle a délégué la maîtrise d'ouvrage, une grande opération de restauration des berges de l’Huveaune. L’objectif : concilier prévention des inondations, restauration écologique et amélioration du cadre de vie.

Le projet d’aménagement des berges de l’Huveaune est un chantier de grande ampleur. D’un montant de près de 6 millions d’euros, il va notamment nécessiter l’évacuation de 60 000 m3 de remblais, pour donner une petite idée de ce grand chantier.

Situé dans le secteur Heckel, dans le 11e arrondissement de Marseille, il se déroulera en deux phases :

  • La première, de septembre 2022 à janvier 2023 : travaux de terrassement et d’évacuation d’une partie des remblais en rive gauche et diagnostic archéologique.
  • La deuxième, de mars 2023 à janvier 2024 : finalisation des travaux de terrassement et d’évacuation en rive gauche, restauration des berges et du lit du cours d’eau, rétablissement de la continuité écologique au niveau du seuil, création d’une zone humide et d’expansion de crue, et réalisation des aménagements paysagers, du tronçon d’une « voie verte » piétonne et cyclable, qui reliera Marseille à Aubagne.

« Demain, 60 logements et 20 entreprises vont être sécurisés et protégés d’une crue décennale, soit plus de 150 habitants et 150 emplois, et les riverains disposeront d’un poumon vert relié aux deux rives de l’Huveaune. Cette nouvelle vie, que nous donnons à ce tronçon des berges de l’Huveaune, passera par l’installation de pas japonais pour le traverser, la création d’une portion de la voie de mobilité douce, la « Voie Verte de l’Huveaune » qui reliera Marseille à Aubagne en passant par La Penne-sur-Huveaune… C’est la raison pour laquelle ce projet Heckel est emblématique de ce que la Métropole fait via la compétence GEMAPI, qui allie gestion des milieux aquatiques et prévention des inondations ! », explique Martine Vassal, présidente de la Métropole.

« Cette vaste opération a été conçue en concertation avec les usagers et futurs usagers du site, menée de 2019 à 2021.  Il en résulte un projet de qualité qui concilie sécurité des habitants, préservation de l’environnement, amélioration du cadre de vie et création du projet de la voie verte des berges de l’Huveaune », précise Didier Réault, vice-président de la Métropole délégué à la Mer, au Littoral, au Cycle de l’eau, à la GEMAPI, aux Ports.

Un vaste chantier aux multiples enjeux

  • Améliorer le fonctionnement et la capacité hydraulique de l’Huveaune pour réduire le risque d’inondation en renforçant la sécurisation des bâtiments vulnérables et des berges fragilisées : 60 logements et 20 entreprises seront protégés d’une crue décennale. Pour cela, 60 000 m3 de remblais seront évacués.
  • Opérer la restauration écologique des berges et du lit de l’Huveaune sur un kilomètre, ainsi que des espaces connexes, et restaurer la continuité écologique sur le secteur. De nombreuses plantations adaptées au climat et à la sécheresse seront effectuées.
  • Favoriser l’amélioration du cadre de vie en créant un bel espace paysager ouvert au public et proposant de nouveaux aménagements (plateforme d’observation, zones de détente, pas japonais pour traverser l’Huveaune, etc.).
  • Créer une portion de la voie de mobilité douce reliant Marseille à Aubagne, appelée « Voie verte Huveaune », ayant également pour objectif de reconnecter le quartier des Caillols à la rivière.

GEMAPI : la Métropole mobilise un budget de 130 millions d’euros sur quatre ans

Afin d’anticiper la multiplication des évènements pluvieux provoqués par le changement climatique, qui s’est traduite, ces dernières années, par des épisodes orageux de forte intensité sur le territoire, la Métropole a décidé, en décembre 2020, de multiplier par quatre ses moyens financiers et de se doter d’un budget annexe spécifique pour mettre en œuvre des actions visant à réduire le risque d’inondations. C’est dans le cadre de ses compétences en matière de Gestion des milieux aquatiques et de prévention des inondations – la GEMAPI – que la Métropole s’est engagée dans de nombreuses actions visant à prévenir les inondations (réalisation d’équipements de retenu des eaux, de digues, restauration de berges…) ou à désimperméabiliser progressivement certains sols rendus étanches par des constructions pour améliorer la sécurité et le cadre de vie des habitants.

« Depuis qu’elle exerce la compétence GEMAPI, en 2018, la Métropole mène une politique volontariste visant à concilier prévention des inondations, préservation des milieux remarquables notamment aquatiques, et développement urbain. Nous y consacrons un budget de 130 millions d’euros sur quatre ans, issu de la taxe GEMAPI. Les moyens mobilisés sont importants, et sont à la mesure des enjeux environnementaux et humains », souligne Martine Vassal, présidente de la Métropole Aix-Marseille-Provence.

Et Didier Réault d’ajouter : « Dans l’ensemble des actions qu’elle mène dans le cadre de la compétence GEMAPI, la Métropole tente d’allier la prévention du risque d’inondation à la valorisation du cadre de vie, et ce, au service des habitants ! »

Chiffres clefs de l’opération

  • 60 000 m3 de remblais évacués ;

  • un chantier de 5,9 millions d’euros financé par la Métropole Aix-Marseille-Provence, l’État, l’Agence de l’eau, le Conseil départemental des Bouches-du-Rhône, la Région Sud Provence-Alpes-Côte d’Azur et la SNCF ;

  • 10 conventions signées avec les riverains pour effectuer les travaux sur des parcelles privées ;

  • 150 habitants (60 logements) et 150 emplois (20 entreprises) seront ainsi protégés avec cette opération.
Précédent
Suivant

Partager cet article :

PLUS d'actualités

Newsletter

Abonnez-vous à notre newsletter pour recevoir nos dernières actualités

Accessibilité

Contraste

Taille du texte

Partager cet article :

Partager le lien vers l'article