Gestion des milieux aquatiques et prévention des inondations (GEMAPI)

La GEMAPI qu’est-ce que c’est ?

La Gestion des milieux aquatiques et la prévention des inondations, autrement dit la GEMAPI, est une compétence métropolitaine depuis 2018. Son champ d’intervention est défini par le Code de l’environnement. Axée sur l’entretien, l’aménagement, la restauration des cours d’eau et des ouvrages permettant de réduire le risque de crue, cette compétence englobe également la protection des sites, des écosystèmes aquatiques, des zones humides et zones boisées riveraines.

Pour tous les cours d’eaux, la Métropole met en œuvre des plans pluriannuel de gestion de l’eau (PPGE). Si nécessaire, elle réalise également des plan d’aménagement pour la protection des inondation (PAPI). Elle délègue à des établissements publiques d’aménagement et de gestion de l’eau (EPAGE) la réalisation des actions d’entretien ou d’aménagement.

En 2022, pour couvrir l’ensemble du territoire métropolitain, ces structures se transforment et agrandissent leur périmètre d’intervention.

Epage HuCA (Huveane, Côtiers, Aygalade) :

EPpage Menelik :

Le Symadrem et le Symcrau pour l’ouest du territoire et le Gipreb pour l’Étang de Berre, se voient également confier des missions pour que les milieux aquatiques vulnérables soient pris en charge et préservés.

L’objectif est de concilier urbanisme (meilleure intégration du risque d’inondation dans l’aménagement de son territoire et dans les documents d’urbanisme), prévention des inondations (gérer les ouvrages de protection) et gestion des milieux aquatiques (assurer l’écoulement des eaux et gérer les zones d’expansion des crues).

La Métropole renforce la prévention contre les inondations

La Méditerranée est considérée comme l’un des “hotspots” du dérèglement climatique. La Métropole Aix-Marseille-Provence s’est engagée dans de nombreuses actions visant à prévenir les effets de ce changement durable des températures.

Ainsi, afin d’agir face à la récurrence des évènements pluvieux, la Métropole a décidé, en décembre 2020, de multiplier par quatre ses moyens. Elle s’est dotée d’un budget spécifique pour mettre en œuvre des actions visant à réduire le risque d’inondations.

Des travaux pour la prévention des inondations

Dans l’immédiat, une enveloppe annuelle de 1 M€ est provisionnée pour réaliser des interventions urgentes (nettoyage des cours d’eau, etc.). Et, dès 2022, 2 M€ supplémentaires ont été engagés pour réaliser les travaux urgents sur les équipements de protection. Ces moyens permettent notamment de remédier aux problèmes identifiés par les maires du territoire.

Une astreinte avec sa cellule de prévision des crues, fonctionnant 7 jours sur 7 et 24 heures sur 24, accompagne les communes dans l’application de leurs plans communaux de sauvegarde (PCS). Ce dispositif apporte une expertise et des informations qui permettent aux services de secours et aux communes d’agir plus efficacement et plus rapidement.

Désimperméabiliser progressivement les sols du territoire

Dans un contexte d’adaptation au changement climatique, les solutions de désimperméabilisation et de renaturation des sols deviennent incontournables. Consciente de la nécessité de cette démarche, la Métropole a lancé un diagnostic du potentiel de désimperméabilisation de son territoire.

Objectifs : remplacer des surfaces imperméables par des surfaces plus perméables et promouvoir la gestion des eaux pluviales à la parcelle, pour que celles-ci ne se rejettent plus dans le réseau d’assainissement. Cette étude va permettre de cartographier et de classer les zones susceptibles d’être désimperméabilisées. Grâce à ce diagnostic, la Métropole pourra se fixer un objectif chiffré. Il sera le socle d’une feuille de route qu’il sera possible de décliner en actions.

Des opérations majeures pour améliorer la sécurité et le cadre de vie des habitants

La Métropole a lancé, en 2021, une vaste opération de réaménagement de l’Huveaune. Ce projet va créer une voie verte reliant l’embouchure de l’Huveaune jusqu’à Aubagne, tout en réduisant le risque d’inondation. Tout en développant des circulations douces (piétons et vélos), il permettra de réaménager les rives, de supprimer les obstacles qui gênent l’écoulement des eaux et de se doter d’espaces d’expansion de crue.

Concernant le ruisseau des Aygalades, une opération vise à supprimer, au niveau de Bougainville, le tuyau qui canalise le cours d’eau, pour créer un vaste parc humide de plusieurs hectares.

Ce lieu offrira, comme pour la voie verte de l’Huveaune, à la fois une vaste zone d’expansion de crue et un nouvel espace vert en cœur de ville. Il aura donc une triple fonction : la réduction du risque d’inondation (par la désimperméabilisation des sols et la création de la zone d’expansion de crue), la réduction des îlots de chaleur urbains grâce à la fraîcheur de l’eau et de sa végétation, et un nouvel équipement de proximité qui améliorera leur cadre de vie.

Une fresque murale pour sensibiliser aux risques d’inondation

Bien que sa présence soit parfois ignorée, le ruisseau des Aygalades possède un débit qui peut être multiplié par 100 en seulement 1h30, comme ce fût le cas le 13 août 2018. Afin de sensibiliser les habitants à ce risque trop souvent ignoré, la Métropole s’est associée à l’État, au syndicat mixte du bassin versant de l’Huveaune (SMBVH) et aux artistes de la Cité des arts de la rue pour réaliser une fresque sur l’un des murs de leur bâtiment bordant le cours d’eau.

Réalisée au cours de l’été 2021 par Germain Prévost, alias IPIN, cette œuvre monumentale et pérenne représente une vague stylisée qui illustre les courbes de débit du ruisseau lors de la crue de 2018, permettant ainsi à chacun de mieux se représenter le danger.

Projet artistique pour la prévention des risques d'inondations

1min02s