Participez

Espace public et voirie

Espaces publics et voirie

La Métropole relève les défis de la voirie

Dans une métropole où les véhicules automobiles sont omniprésents, la configuration du réseau de circulation et son bon entretien sont essentiels. La question est un peu plus complexe qu’elle n’y paraît car, aujourd’hui, plusieurs acteurs publics interviennent dans ce domaine. Progressivement, Aix-Marseille-Provence y jouera un rôle central.

 


 

La redistribution des cartes

Un même trajet en voiture au sein de la métropole amène à emprunter, sans le savoir, des axes de circulation confiés à différents gestionnaires. L’État, le premier, est en charge du réseau autoroutier. Un réseau particulièrement important dans le cas de la métropole au regard de ses dimensions exceptionnelles. L’autoroute reste souvent le chemin le plus naturel, malgré les encombrements, pour traverser Aix-Marseille-Provence d’un point à un autre. Puis, viennent les axes routiers interurbains qui sont sous la responsabilité du Département des Bouches-du-Rhône. La loi permettait leur transfert à la Métropole, mais il a été conjointement préféré qu’ils restent au Département au moins jusqu’en 2020. Les voies urbaines - boulevards avenues, rues, impasses - qui étaient jusqu’ici de responsabilité communale ou intercommunale devraient, à cette même échéance, relever de la Métropole. C’est déjà le cas pour le territoire Marseille Provence (ex- Communauté urbaine Marseille Provence Métropole regroupant 18 communes dont Marseille), qui illustre la capacité de la Métropole à assurer efficacement, dans le dialogue constant avec les maires, cette compétence de proximité.

Métropole - Aix-Marseille-Provence
Voir loin... et gérer le quotidien

Comme dans bien d’autres domaines, l’intérêt premier d’une gestion métropolitaine de la voirie est de pouvoir penser globalement cette question. Cela signifie considérer les besoins actuels et futurs dans une démarche stratégique pour rendre à terme le réseau plus efficace. Celle-ci permettra notamment de juger des investissements les plus utiles et rationnels dans une période budgétaire où l’affectation des moyens se doit d’être particulièrement rigoureuse. La vision à long terme est indispensable, mais cela ne suffit pas. Car, dans le même temps, la Métropole doit aussi boucher les nids-de-poule ! On le sait, avec le temps, les routes, mais aussi les rues, ont tendance à se dégrader. Une bonne gestion conduit à entretenir régulièrement ce patrimoine afin d’éviter des détériorations plus fortes, c’est une question de sécurité pour ses usagers. Ce sera donc bientôt une des tâches de la Métropole sur l’ensemble de son périmètre, après l’avoir menée à l’échelle du conseil de territoire Marseille Provence.

Mobilité, voirie, le couple gagnant

La Métropole étant déjà en charge des questions de mobilité, notamment avec l’organisation des transports en commun, il est clair que la maîtrise complémentaire des voies de circulation est un atout considérable. Elle permet, d’abord, de programmer les choix d’aménagement ou les travaux d’entretien en fonction des priorités fixées dans la stratégie des déplacements. Elle permet, ensuite, de gérer au mieux le partage des voies de circulation. C’est crucial pour donner la priorité à une ligne de transport en commun ou promouvoir l’usage du vélo.

La logique de la logistique

Lorsqu’un consommateur commande une paire de chaussures sur Internet et paye par carte bancaire, il a un peu le sentiment que le e-commerce est totalement immatériel. Or, depuis l’entrepôt du vendeur, les chaussures vont prendre la route par camion, puis par camionnette pour les derniers kilomètres avant leur livraison. Et les poids lourds en trop grand nombre ont des effets négatifs sur la qualité de l’air, de la circulation… et sur les axes routiers eux-mêmes, détériorés par leur passage. Or, ce trafic traversant la métropole est considérable, notamment vers l’Europe du Nord et en sens inverse. La loi vient de donner à la Métropole la capacité d'agir dans ce domaine afin de réduire ces nuisances. Elle entend bien s’en saisir, notamment en développant un service public de fret ferroviaire.